Bruxelles ou Brussels

du 24 au 30 octobre  2017

Par le Thalys

Le train est le moyen le plus aisé pour aller à Bruxelles depuis paris. C’est aussi  le moyen de transport le plus écologique

Vous prendrez le Thalys, depuis la Gare du Nord. Le trajet vous prendra environ 55 min .(pub thalys)   s’y prendre tôt pour acheter, deux à trois  mois avant votre départ pour décrocher les prix les plus bas.    www.thalys.com/fr/f   ou    www.oui.sncf

Ou se loger

Pour ma part j’ai eu la chance de pouvoir passer trois nuit dans un des seul hôtel de la grand place (Hôtel saint Michel) se qui m’a donner le temps d’admirer se spectacle heures par heures, et de ne pas en perdre une miette.  reporté vous sur trivago  ou booking et faite jouer la concurrence l’ avantage de Booking, c’est de pouvoir  réservez simplement  hotel , appartement , chambre d’hôte…..

Se restaurer è Bruxelles

Your content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. You can also style every aspect of this content in the module Design settings and even apply custom CSS to this text in the module Advanced settings.

Cartographie Bruxelloise

Your content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. You can also style every aspect of this content in the module Design settings and even apply custom CSS to this text in the module Advanced settings.

Bruxelles, capitale de la Belgique et de l’Europe, est à la fois moderne et traditionnelle. Que vous soyez amateur d’art ou d’histoire, passionné par la sculpture ou fin gourmet, Bruxelles a tout pour vous séduire. La Région de Bruxelles regorge de trésors historiques, culturels et architecturaux. L’impressionnant l’hôtel de ville, situé sur la grand-Place, le Palais des Beaux-Arts, le musée d’Histoire naturelle, le musée de la B.D et  L’Atomium qui est à la Belgique, ce que la Tour Eiffel est à la France.

Bruxelles est aussi placée sous le signe de la gourmandise.  Faites-vous plaisir en savourant les différentes spécialités locales. Vous pourrez goûter aux gaufres nappées de chocolat ou de chantilly, vous attablez à l’une des terrasses des cafés de la ville,  déguster un cornet des fameuses frites belges sur le pouce, ou vous laissez tenter par des mets plus consistants et savoureux tels que le civet de lapin à la bière, le waterzooi ou la carbonade…….

 

L’Atomium

 L’Atomium ne peut pas vous laisser de marbre quand on le voit de l’extérieur, mais lorsqu’on entre dans son intérieur, on comprend pourquoi il est l’un des lieux préférés des touristes mais aussi des Bruxellois. Visiter l’Atomium, c’est effectuer une promenade à travers des tubes et des sphères métalliques.

 Difficile de passer à côté et ne pas le remarquer ! L’Atomium, du haut de ses 102 mètres avec un poids avoisinant les 2400 tonnes est une construction originale qui ne devait pas survivre à l’exposition de 1958 mais qui est devenue depuis le symbole même de Bruxelles. C’est même le monument le plus populaire d’Europe à ce jour. L’Atomium personnifie la préoccupation principale des années 50 quand on découvrit que l’atome était source d’une nouvelle énergie quasiment inépuisable… tout un symbole de modernité.

S’il y avait un podium des 3 plus grandes  attractions touristiques de Belgique et plus particulièrement de Bruxelles, l’Atomium serait sur la plus haute marche. Cette œuvre d’art créée par l’architecte André Waterkeyn se compose de 9 sphères (1 sphère au centre et 8 autres aux différents sommets). Chaque sphère est reliée aux autres par des tubes qui reposent sur 3 piliers. Certains pensent que ces 9 sphères représentent les 9 provinces belges de l’époque. Les sphères de l’Atomium représentent  en fait les atomes du cristal de fer.

 Alors qu’en 1958, cette œuvre gigantesque voulait mettre le doigt sur l’importance de l’atome dans notre quotidien, aujourd’hui il propose dans sa sphère centrale une exposition permanente sur ce qu’était l’Exposition universelle de 1958 plus d’autres expositions temporaires et des installations multimédias dans chacune des autres sphères. Il y a même une sphère, réservée aux enfants avec des ateliers pédagogiques. Et une dévouée à un restaurant panoramique à 95 m d’altitude, avec une vue imprenable sur tout Bruxelles.

Le Manneken-Pis

 

Qu’est-ce que vous diriez d’une bonne gaufre de Bruxelles avec du chocolat et de la chantilly , rue de l’Etuve. Le temps de cette dégustation, vous  tomberez  nez à nez avec le Manneken-pis.  Vous savez ce petit bonhomme qui fait pipi comme une fontaine et qui vous semble sensationnel. Je vais vite donc vite rétablir la réalité.

Outre l’histoire de son origine, et sa sacralisation  touristique ! Cette petite sculpture de 55 cm de haut est devenu le symbole  Bruxellois, à voir les hordes de touristes s’agglutinant devant ce petit garçon qui leurs pisses dans le dos pendant qu’ils se prennent en selfie avec lui !!!  (humour belge?)

Le Mannneken-pis, régulièrement habillé selon les fêtes ou animations locales. La statue emblématique de Bruxelles, change de tenue quasiment tous les jours. De nombreuses capitales du monde, d’associations et de corporations se battent pour avoir l’honneur d’habiller le petit bonhomme de leur uniforme ou costume traditionnel. Sa garde-robe déborde. Des tenues à découvrir dans un musée situé sur la Grand Place de Bruxelles.

Le Manneke à aussi une petite  soeur ,  Jeanneken Pis  qui  joue le même rôle dans la rue du Délirium, mais qui rencontre moins de succès que sa version masculine,  et même une version canine  le Zinneke Pis…

  Il y a  pleins de légendes avec Manneken-pis , en voici trois . La première raconte comment une vieille sorcière vivant rue de l’étuve condamna un petit garçon à un bien triste sort. Pour avoir soulagé un besoin naturel pressant sur la porte, il devra accomplir cet acte éternellement sous la forme d’une statue de pierre. Heureusement à cet instant précis le bon vieillard apparut portant une statuette comparable au gamin qu’il mit à la place du petit garçon.

 Une autre légende relatée de faits héroïques. Elle raconte l’histoire de Bruxelles assiégée et qui résista durant plusieurs jours. Les assiégeants allumèrent une mèche avant leur départ pour incendier Bruxelles. Heureusement un petit garçon passant rue de l’Étuve voyant la mèche qui brûlait. Comme il ne savait où trouver de l’eau pour éteindre la mèche, il n’hésita pas une seconde et se mit à arroser le feu qui s’éteignit aussitôt. Le fait fut vite rapporté et, en son honneur les bourgeois élevèrent une statuette reproduisant son acte héroïque.

 Et enfin la plus plausible de toutes les légendes, est basée sur des faits historiques. En 1142, Godefroid III, duc de Lotharingie, vit le jour. Malheureusement son père, Godefroid II mourut peu après. Le moment fut jugé propice par deux vassaux, Gauthier Berthout et son frère Gérard de Grimbergen, pour prendre les armes contre leur suzerain au berceau. Le sire de Gaasbeek demanda la présence du jeune duc sur le champ de bataille. Le berceau fut donc pendu à la branche d’un jeune chêne sur le lieu de la bataille à Ransbeek. Quatre fois repoussée, l’armée du bébé, pour qui la bataille semblait perdue, fut soudain galvanisée par la vue de l’enfant accomplissant tranquillement le geste resté célèbre. Pour commémorer la victoire, on éleva une fontaine, à Bruxelles, portant le nom de Manneken-Pis. En outre, le jeune chêne fut déraciné et replacé à l’emplacement de la rue du Chêne.

La Grand Place (patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1998)

 Très concrètement, j’ai trouvé que c’était incontestablement le plus beau lieu de Bruxelles. La  grand-Place est un condensé d’édifices de style gothique (propre à l’architecture d’Europe du Nord) avec l’hôtel de Ville et sa tour de 96 mètres au sommet de laquelle trône Saint-Michel qui terrasse le dragon, la Maison du Roi et les autres bâtiments parés de dorures , la Maison des Ducs de Brabant, le Roy d’Espagne, l’Arbre d’Or, la Rose, l’Ange…       Sans visite ‘guidée’ je n’aurais jamais su ce qu’il se cache derrière ces monuments, ni compris les grands traits de son histoire. Et que ces pavés accueillaient alors un marché et ses maisons des guildes, donc comme vous l’aurez compris je recommande un guide!!

 L’hôtel de ville est le monument phare, de style gothique, doté d’un beffroi et de très nombreuses gargouilles. Il fut l’un des seuls monuments de cette place à échapper aux bombardements de 1695, c’est donc le plus ancien. Tout en haut du beffroi, on peut apercevoir une statue dorée de Saint Michel, patron de Bruxelles… veillant sur la ville. Autour de la place se dressent les maisons de corporations, datant du XVIIe et XVIIIe siècle. Ces maisons représentaient les métiers présents dans la ville au Moyen Age (corporation des boulangers, corporation des bouchers, des brasseurs, des archers, des bateliers,…). Elles sont très nombreuses, toutes différentes et toutes décorées . C’est ce qui rend vraiment unique cette Grand Place.

On y découvre aussi  la Chaloupe d’or  et la maison du Pigeon. Une gravure  rappelle qu’elle fut habitée par Victor Hugo en 1852, lors de son exil à Bruxelles.

 Si elle est déjà magnifique en plein jour, elle gagne en charme lors des éclaircies de fin de journée, quand la lumière active subtilement les dorures sur les façades. Impossible de manquer se spectacle de la  Grand-Place, qui Brillent sous le soleil. Ensuite, au moment de l’heure bleue,  Les reliefs dentelés des bâtiments rehaussés par l’éclairage sur fond de ciel bleu , c’est juste le bon moment de sortir votre trépied, et votre appareil photo pour faire une image de Bruxelles by  nyght !!

La Cathédrale des Saints-Michel et Gudule

 Belle surprise ! À quelques pas de la grand-place, après les galeries Saint-Hubert , juste au-dessus d’une butte, la cathédrale Saints-Michel et Gudule qui en impose de l’extérieur, l’ensemble de style gothique avec deux tours et quelques arcs-boutants. Et son parvis exposé en contre-plongée au-dessus des marches, la façade ensoleillée plein Ouest, et sur le parvis une statue d’un des rois  Belges le plus aimé a ce jour  Baudouin 1er .Mais c’est à l’intérieur qu’elle  se révèle. La nef est aérienne et les colonnes ornementées de sculptures. La chaire baroque en bois représente Adam et Ève chassés du paradis. L’orgue qui  semble en apesanteur, et la splendeur chromatique de ses vitraux quand un rayon de soleil les traverses .

 Les Galeries Royales Saint-Hubert

Juste derrière la grand-Place de Bruxelles, la petite soeur  de la  Galleria Vittorio Emanuele II de Milan,  recouverte d’une grande verrière lumineuse, comme on en faisait vers 1900, abrite de nombreuses boutiques dont une chocolaterie, un magasin de dentelle fine… Vous pouvez ensuite vous rendre à la galerie de la Reine. Une autre belle galerie pleine de boutiques plutôt chics, du chocolat, des  bijoux de la dentelle, et en période de fêtes de fin d’année la galerie est très joliment décorée !

 La Place de la Bourse

Ce bâtiment  à colonnades n’avait aucun intérêt particulier, pour les touristes jusqu’à ce que les gens  y déposent des gerbes de fleurs, allument des bougies, se retrouvent sur les marches… suite aux attentats de Bruxelles et que l’image fasse le tour du Monde et devienne un emblème national. Les façades ont été couvertes d’inscriptions plurilingues à la craie déclarant amour, compassion et solidarité à la Belgique .

Après ces visites, impossible de quitter Bruxelles sans passer dans un estaminet!  C’est dans l’un de ses nombreux bars très populaires que vous pourrez sentir battre le cœur de la vie bruxelloise. Les bons vivants adorent se retrouver dans ces bars conviviaux, le plus souvent très anciens ( XVIIème et XVIIIème siècles) , qui proposent un choix de près de 100 bières, sans compter toutes sortes de boissons chaudes et froides, ainsi que des assiettes de fromage, de charcuterie et d’autres spécialités typiques.

Voici trois  adresses bruxelloises parmi tant d’autres… A la mort subite . Un grand estaminet , où les prix sont encore écrits à la craie sur les vieux miroirs. Populaire à l’heure du déjeuner et de l’apéritif parmi les Bruxellois.  (7, rue Montagne aux Herbes Potagères)  Le bon vieux temps, avec un décor gothique et vitraux aux fenêtres pour cet estaminet du XVIIème siècle, dont le bar est tenu par 2 vieilles amies. Un endroit idéal pour passer quelques instants de calme près de la grand-Place.  (4 impasse Saint-Nicolas)  et le Poechenellekelder en face du célèbre Manneken Pis, qui offre un décor un peu irréel de marionnettes et de poupées en tous genres. Bières traditionnelles et snacks originaux. (5 rue du Chêne)  j’ai beaucoup aimé !

 Je pourrais aussi vous parler de la rue des Bouchers , des serres du  château de Laeken en mai, du Palais-royal, du  théâtre de Tones et des festivités de l’hommegang en juillet … mais j’en garde pour une prochaine fois

 

Pin It on Pinterest

Share This